forum sur le krav maga self defense close combat
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Elsass K
Invité



MessageSujet: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Mer 24 Aoû - 17:09

Je propose de mettre dans ce topic les extraits de la presse relatant des violences afin de se donner une idée des formes d'agressions susceptibles d'exister dans la réalité (coup de poing, pied, tête, couteau, pistolet.......).
Afin d'assurer une bonne lisibilité de ce topic mer-ci de ne pas commenter les articles.

Ivre, il agresse la réceptionniste

COLMAR.- La réceptionniste de l'hôtel Ibis, 10 rue Saint-Eloi, a été agressée dans la nuit de lundi à mardi vers 2h. Un individu ivre est entré et a exigé qu'on lui vende de l'alcool. La jeune femme a refusé, ce qui a eu le don d'énerver l'indésirable. L'homme a insulté la réceptionniste avant de lui cogner la tête et de prendre la fuite à bord d'une Peugeot 205. Les policiers ont retrouvé sa trace dix minutes plus tard, rue Henry-Wilhelm, où sa voiture venait accidentellement de prendre feu à la suite d'un problème électrique.
Les sapeurs-pompiers ont actionné la lance de dévidoir tournant pour éteindre le sinistre, le sinistre personnage étant pour sa part placé en garde à vue. Entendu par le service du quart, ce Colmarien de 23 ans a reconnu les faits, commis alors qu'il avait 1,6 g/l d'alcool dans le sang. L'enquête a aussi établi que l'agresseur connaissait sa victime. L'homme est convoqué devant le tribunal le 17 janvier pour conduite sous l'empire d'un état alcoolique et violences n'excédant pas huit jours d'ITT, deux jours en l'espèce.


Frappée pour une cigarette

COLMAR.- La jeune femme a porté plainte lundi vers 20h. Elle venait de se faire accoster place du Deux-Février par un couple qui lui a demandé une cigarette. Pour avoir refusé, la victime a été insultée, puis frappée par le couple, recevant un coup de poing de la femme, deux coups de pieds de l'homme. Munis du signalement des auteurs, les policiers ont rapidement procédé à leur interpellation. Placés en garde à vue, entendus par le service du quart, ils ont reconnu les faits. Connus des services de police, ces Colmariens d'une trentaine d'années sont convoqués devant le tribunal le 17 janvier pour violences en réunion sans ITT.


Dernière édition par le Mar 30 Aoû - 17:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sophie
pipelette
pipelette


Féminin
Nombre de messages : 212
Age : 47
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 12/02/2005

MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Mer 24 Aoû - 20:04

Mamie fait de la résistance!! bek009 (Républicain Lorrain)


Vol au découpé

Il le voulait vraiment ce sac à main. Mais sa victime voulait tout autant le garder. Hier, en début d'après-midi, un homme de 42 ans repère une femme de 57 ans dans un bus à Nancy. Il descend en même temps qu'elle, avant de lui donner un coup d'épaule et de la plaquer contre un mur. La quinquagénaire refuse de donner son sac. Il s'obstine à tirer, mais elle tient bon. L'homme sort alors un couteau et coupe la lanière qui retient le sac, en vain. Elle ne lâche pas. L'intervention de témoins de la scène le met en fuite. Il est interpellé quelques instants plus tard, grâce à une description fournis par eux. L'agresseur, au RMI, sans casier, n'avait plus d'argent et ne voyait plus que cette extrémité. Hier soir le parquet attendait la vérification de son identité pour statuer sur son sort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rapide-defense.com/
Elsass K
Invité



MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Jeu 25 Aoû - 11:15

A coups de batte de base-ball

« Je l'ai croisé, j'ai pas pu me retenir », explique Johnny Koch, jugé hier en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel pour avoir frappé dans le dos un jeune homme de 17 ans avec une batte de base-ball, le 18 août dernier à Haguenau. Selon un témoin, la victime qui était venue à scooter avait été frappée sans raison.
Agé de 27 ans et comptant déjà 22 condamnations, Johnny Koch avait tapé de toute ses forces. Atteint par trois fois dans le dos, le mineur avait dû être hospitalisé cinq jours. Déjà psychiquement affaibli, ce garçon ne vit qu'avec un rein. « Je ne le savais pas », assure Johnny Koch, avant d'expliquer son geste. « C'est une vengeance ». La veille de l'agression, cinq membres de la famille de la victime l'aurait tabassé pour une histoire de dette d'argent. Mais il n'a jamais déposé plainte.
« Il risque d'avoir provoqué des dommages irréparables à sa victime, dénonce le vice-procureur Pierre Kahn. C'est de la sauvagerie, il s'est comporté comme un voyou. Johnny Koch est une plaie pour le voisinage ».


Dernière édition par le Mar 30 Aoû - 17:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elsass K
Invité



MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Sam 27 Aoû - 11:34

La « terreur de la rue de Schongau » en prison

Interpellé lors d'une lourde opération policière, le jeune Colmarien présenté comme un dangereux fauteur de troubles a été condamné hier à 8 mois d'emprisonnement.

Une quarantaine de policiers ont été mobilisés jeudi vers 16h30 rue de Schongau à Colmar. Ils ont interpellé un jeune habitant du quartier, Cédric Muller, présenté par le parquet comme « la terreur de la rue Schongau » et saisi un pistolet à grenaille et une carabine à air comprimé. L'arme de poing avait été utilisée la veille par son propriétaire à l'encontre d'un autre locataire.
Jugé hier après-midi en comparution immédiate, Cédric Muller a été condamné à 8 mois de prison ferme et placé en détention. Craignant des représailles, les habitants de l'immeuble ont renâclé à livrer des témoignages. Mais la police qui au départ n'a constaté qu'une odeur de gaz lacrymogène et l'ivresse de Cédric Muller a fini par trouver la cachette du jeune Colmarien, considéré comme le principal fauteur de troubles.

Mercredi, peu avant 1h du matin, il a tiré au revolver, menaçant de « buter » une famille. L'arme était alors approvisionnée en munitions à gaz. « Vous n'auriez pas hésité à tirer avec un vrai fusil ? » interroge la présidente du tribunal, Martine Al Kanje. « Oui mais j'aurais visé les jambes », confirme le prévenu qui connaît l'échelle des peines pour avoir comparu à plusieurs reprises devant le tribunal pour enfants.
Agé de 18 ans, il résume l'ambiance entre voisins, maniant l'euphémisme : « Entre eux et nous, on s'aime pas. » Peu de temps après ses coups de feu, il s'est débarrassé d'une serpette : « J'ai toujours un couteau sur moi, ça sert toujours. » Ses voisins ? « Ils sont vieux et un peu fous », explique le tireur. « Il a eu un parcours difficile », tempère son avocate, Me Huber. « C'est un danger pour ses voisins et ses proches, accuse Muriel Kapp au ministère public, il veut en découdre. » Renvoyé en prison pour 8 mois, le jeune Colmarien en était sorti il y a 6 mois.


Pompier mordu : les larmes du prévenu

MULHOUSE.- « J'étais ivre, je voulais descendre de l'ambulance », sanglote ce Martiniquais de 31 ans, père de deux jeunes enfants, jugé hier en comparution immédiate. L'homme, suivi pour des problèmes de dépression, se tourne vers les deux pompiers qu'il a agressés, soutenus à l'audience par plus d'une vingtaine de collègues, gémit : « Je regrette, je présente mes excuses ». « Mercredi, vers 23 h 15, on a appelé les pompiers, rue Lavoisier, parce qu'une personne faisait un malaise sur la voie publique », résume la présidente, Claire Fermaut. « Vous étiez pratiquement inconscient, vous ne répondiez pas. Ils vous ont chargé sur un brancard pour vous transporter à l'hôpital. Et quelques minutes plus tard, ils ont dû appeler la police. A leur arrivée, ceux-ci ont vu que trois personnes étaient au sol, se débattant : deux sapeurs-pompiers et vous... Les policiers ont d'abord dû écarter une de vos connaissances, qui suivait l'ambulance, une femme particulièrement excitée ». « J'étais saoûl (1,22 g par litre de sang-ndr), je ne sais pas ce qui s'est passé », gémit le prévenu. « L'ambulance a parcouru quelques centaines de mètres, puis vous êtes sorti de votre inconscience », rappelle, séchement, la présidente. « L'ambulancier a tenté de vous maintenir assis, avant d'appeler son collègue à l'aide. Ils ont finalement décidé d'ouvrir les portes, pour vous laisser rejoindre les personnes de votre famille. Vous sortez, vous redoublez de fureur, vous revenez et vous tentez de leur donner des coups ». « On m'avait bousculé, je suis tombé sur une bouteille d'oxygène, j'ai eu la lèvre éclatée », pleure le prévenu. « La seule image que j'ai gardée, c'est qu'un pompier m'agressait.... alors qu'il sauvait ma vie ». « Vous êtes revenu sur vos pas pour les agresser, alors que nous avons régulièrement des illustrations de la difficulté de leur travail », rugit la représentante du ministère public, Coralie Bourille-Noël. « Puis vous avez mordu l'un d'eux à la poitrine. Il a dû être suturé. Et la morsure est une violence particulièrement grave, parce qu'elle laisse planer l'angoisse de la maladie ». Et parce que « l'alcool cumulé à un état dépressif n'est pas une excuse », elle requiert une peine de 12 mois dont 8 avec sursis mise à l'épreuve. « Son casier judiciaire est vierge », rappelle Me Nahon. « Bon, il n'a pas d'excuses, mais il faut dissocier ce dossier des actes lamentables de violences urbaines que subissent les pompiers. Mon client mériterait surtout des examens psychologiques approfondis ». Le tribunal a condamné le prévenu effondré, maintenu en détention, à 8 mois dont 6 avec SME. Il devra verser 150 € à la victime mordue, et 1 € au SDIS, constitué partie civile.
Revenir en haut Aller en bas
SLEEJ
moulin à parole
moulin à parole


Masculin
Nombre de messages : 1238
Age : 44
Localisation : Lorraine
Emploi : Mangeur de libellules patenté. Par contre j'touche pas une bille en météo...désolé
Loisirs : Gober des mouches, nager dans les étangs, SAUTER : normal j'suis une grenouille...
Date d'inscription : 27/07/2005

MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Dim 28 Aoû - 12:22

Républicain Lorrain du 28/08

"Un étudiant messin de 24 ans poignardé à mort à Woippy"

Agressé dans la nuit de vendredi à samedi alors qu'il retirait de l'argent à un distributeur automatique de Woippy, un étudiant de nationalité sénégalaise est mort poignardé de plusieurs coups de couteau.

Un jeune homme de nationalité sénégalaise a été trouvé agonisant hier, aux premières heures, sur un trottoir de la place Jean-Perrin à Woippy. L'alerte a été donnée vers 2h10 par un automobiliste de passage.

Il n'y avait, hélas, plus rien à espérer pour sauver la victime, un étudiant messin âgé de 24 ans, décédée des suites de plusieurs coups portés à l'arme blanche.

Les circonstances de la mort violente du jeune homme, a priori sans histoire, inscrit à l'Université et domicilié à Metz, restent troubles.

AGRESSION MORTELLE

L'étudiant en commerce s'était rendu sur cette place avec un de ses compatriotes pour retirer de l'argent à un distributeur automatique.

Les deux hommes ont alors été pris à partie par une poignée de jeunes gens. Le ton est monté, une bagarre a suivi. Un attroupement s'est rapidement formé autour de l'altercation. L'un des deux étudiants a pu s'extraire et remonter dans sa voiture. Cherchant en vain son ami, il s'en est allé retrouver ses copains, une rue plus loin.

Tous ont pris conscience de la gravité de la situation quand un cycliste les a alertés d'une forte présence policière sur la place. Ils ont malheureusement été informés sur les lieux du drame qui venait de se nouer.

Originaires du même pays, ils s'étaient retrouvés dans la nuit et, un peu avant 2 h du matin, avaient envisagé d'aller prendre un en-cas, dans un snack encore ouvert à Woippy.

L'enquête qui s'avère délicate a été confiée aux policiers de l'antenne messine du SRPJ. En effet, la victime gisait seule sur le trottoir quand l'automobiliste s'est arrêté.

Toutes les personnes susceptibles d'apporter un témoignage, notamment le cycliste qui circulait dans le secteur cette nuit-là, sont priées de prendre contact avec la PJ à l'hôtel de police de Metz, tél. 03 87 16 15 02.

@+

Sleej. 061
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kravmagamoselle.com
Elsass K
Invité



MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Lun 29 Aoû - 11:44

Un témoin à la poursuite des voleurs de sac

Deux voleurs ont dérobé le sac à main d'une femme à une terrasse, vendredi à 19 h 45, rue de la Pierre-Large à Strasbourg. Témoin de la scène, un homme s'est lancé à la poursuite des voleurs présumés. L'un deux a sorti une arme blanche pour menacer leur poursuivant. Le témoin a alerté une patrouille de policiers municipaux à VTT qui passaient à proximité. Les deux suspects ont été interpellés, le sac de la victime a été récupéré. Les deux voleurs présumés âgés de 19 et 21 ans et domiciliés à Strasbourg ont été remis aux policiers nationaux. Ils ont reconnu le vol, mais nier les menaces. A l'issue de leur garde à vue, ils devraient être déférés au parquet pour être jugés aujourd'hui en comparution immédiate.

Coups de couteau: un blessé grave

Un homme en a blessé grièvement un autre samedi soir à la gare de Haguenau. Une bagarre a éclaté entre les deux hommes qui se connaissaient. Un différend concernant une femme les aurait opposés.
L'un des deux a sorti un couteau et a porté plusieurs coups à l'autre, le blessant grièvement au cou, au visage et dans le dos. La victime âgée de 37 ans a été évacuée à l'hôpital par les secours dans un état jugé préoccupant tandis que son agresseur trouvait refuge chez sa mère où il a été interpellé par la police.
L'homme âgé de 24 ans a été placé en garde à vue au commissariat de Haguenau. Il devrait être présenté au parquet de Strasbourg aujourd'hui. Il pourrait être poursuivi pour tentative de meurtre.

Un Sénégalais poignardé à mort

Un étudiant sénégalais de 24 ans a été poignardé à mort à Woippy dans la banlieue de Metz, dans la nuit de vendredi à samedi, lors d'une altercation avec une bande de jeunes gens qui venaient de lui voler son téléphone portable.
Les faits ont eu lieu vers 2h00 du matin. La victime, un jeune homme sans histoires a arrêté sa voiture près d'une banque pour retirer de l'argent au distributeur. Il était accompagné d'un compatriote. Les deux Africains ont été pris à partie par des habitants de la cité. Le ton est monté, un attroupement s'est formé et une bagarre a éclaté. L'ami de la victime a alors pris la fuite en voiture, pensant que son ami s'échappait à pied.
Revenir en haut Aller en bas
SLEEJ
moulin à parole
moulin à parole


Masculin
Nombre de messages : 1238
Age : 44
Localisation : Lorraine
Emploi : Mangeur de libellules patenté. Par contre j'touche pas une bille en météo...désolé
Loisirs : Gober des mouches, nager dans les étangs, SAUTER : normal j'suis une grenouille...
Date d'inscription : 27/07/2005

MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Lun 29 Aoû - 20:28

Maman fait du Krav... deegroller

Républicain lorrain du 29/08/05.

"Etranglée par son fils"

Un conflit familial a failli avoir des conséquences dramatiques, hier matin à Maxéville, près de Nancy. Alors qu'une mère rentrait à son appartement, vers 8 h 30, elle a trouvé son fils en pleine colère. Sa fille se trouvait devant la porte d'une voisine, ayant préféré quitter le domicile. La mère est intervenue. Le fils, âgé de 21 ans, a alors tenté de l'étrangler avec un fil d'alimentation électrique d'un appareil de hi-fi. La mère ne s'en est sortie qu'en donnant un violent coup de pied au bas-ventre du jeune homme. L'agresseur, qui ne reconnaît pas les faits, était hier soir toujours en garde à vue à l'hôtel de police de Nancy. L'agression intervient dans une relation familiale difficile entre la mère et son fils.


Sophie c'est près de chez toi en +...

Sleej 061
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kravmagamoselle.com
Sophie
pipelette
pipelette


Féminin
Nombre de messages : 212
Age : 47
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 12/02/2005

MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Mar 30 Aoû - 18:38

(Républicain Lorrain)

Nancy: poignardés pour un scooter

Amis d'un moment et agresseurs l'instant d'après. C'est à peu près ce qui s'est passé, dans la nuit de vendredi à samedi, vers 4 heures du matin, sur la place de la Croix-de-Bourgogne à Nancy. Après avoir, semble-t-il, bu un verre avec des amis, âgés d'une vingtaine d'années, deux jeunes Nancéiens ont été agressés par ces mêmes personnes pour leur dérober leur scooter. Une flopée de coups de poings, de pieds et même de couteau a occasionné 15 jours d'ITT à l'une des victimes et 8 jours pour la seconde.

Toutes deux ont toutefois eu le réflexe d'appeler la police pour signaler les faits et décrire leurs quatre agresseurs. À peine plus d'une heure après, deux d'entre eux ont été interpellés pour avoir dérobé un téléphone portable.

En garde à vue dans un premier temps, ils ont été placés en détention provisoire pour "vol en réunion avec violence". Une ouverture d'information judiciaire a été demandée.


peur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rapide-defense.com/
eco
webmaster
webmaster


Masculin
Nombre de messages : 842
Age : 41
Localisation : VIKINGS LAND
Emploi : envahisseur
Loisirs : krav maga et les haches
Date d'inscription : 30/12/2004

MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Mar 30 Aoû - 21:01

Un mois ferme pour les bourreaux
Lundi 29 août 2005

Deux femmes de 21 ans ont été condamnées vendredi soir à un mois de prison ferme, pour avoir torturé une autre femme mardi dernier à Bobigny (Seine-Saint-Denis). Le parquet avait réclamé dix mois, dont cinq avec sursis. L’une des prévenues a menacé la victime à l’énoncé du jugement. Les bourreaux avaient coincé leur victime au sous-sol d’un immeuble et l’avaient frappée à mains nues et avec un tournevis avant de la relâcher entièrement nue.


Un homme retrouvé mort lardé de coups de couteau dans un hôtel
Vendredi 26 août 2005

Un homme d’une cinquantaine d’années a été retrouvé mercredi mortellement blessé par des coups de couteau dans un hôtel du 17e arrondissement. L’homme, qui n’a pas encore pu être identifié, gisait dans la chambre d’un hôtel de la rue des Moines depuis quelques jours. La brigade criminelle a été saisie de l’enquête. Elle n’excluait pas, hier, qu’il puisse s’agir d’un différend entre SDF, sans écarter d’autres pistes.

(20minutes paris)

_________________
http://www.fkmds.com/

http://www.imperium-international.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kravmaga-fkmds.com
Elsass K
Invité



MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Mar 30 Aoû - 21:08

Strasbourg
Vols de scooters sous la menace d'un couteau : cinq mois ferme

Deux prévenus qui avaient dérobé à deux jeunes gens leurs scooters sous la menace d'un couteau ont été condamnés, hier devant le tribunal correctionnel de Strasbourg, à cinq mois de prison ferme.

« C'était pour les impressionner, je ne voulais pas les blesser », explique Mickael Zehringer, jugé hier en comparution immédiate pour avoir dérobé une motocyclette à un mineur de 17 ans, vendredi 19 août, près de la salle des fêtes de Kolbsheim. Ce prévenu de 18 ans se trouvait en compagnie de Julio Samba, 20 ans, qui avait pour sa part dérobé un scooter à un jeune de 18 ans, également sous la menace d'un couteau.

Les deux prévenus n'avaient jamais été condamnés par la justice. Mais les faits sont graves, dénonce le vice-procureur Pierre Kahn. Mickael Zehringer avait placé son couteau à la hauteur de la gorge du mineur puis l'avait encore menacé pour qu'il démarre sa moto. Julio Samba avait pointé son arme à la hauteur de l'abdomen de sa victime. Les voleurs étaient repartis sur la mobylette et le scooter en emportant également un sac-banane, un téléphone portable, une casquette...

Les deux suspects avaient été interpellés jeudi 25 août, alors qu'ils passaient à pied devant la gendarmerie de Strasbourg. Leur signalement donné par les victimes a permis à un gendarme de les reconnaître.
Revenir en haut Aller en bas
Elsass K
Invité



MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Jeu 1 Sep - 23:08

Battenheim
Altercation : un oeil crevé

Le 6 août, en fin de soirée, une dispute avait éclaté entre plusieurs clients d'un restaurant de Battenheim. Le ton était monté entre une personne, installée au comptoir, et plusieurs autre clients, qui avaient passé la soirée, à cinq, sur la terrasse de l'établissement.
L'altercation, qui serait liée à un ancien contentieux, a rapidement dégénéré, les gifles ont succédé aux insultes. Pendant la rixe, un des membres du groupe a saisi une chaise, qu'il a jetée au visage de la personne installée au comptoir. L'homme a perdu un oeil, crevé par un des pieds de la chaise.
Les gendarmes d'Illzach n'ont été informés de cette rixe que trois jours après les faits. L'enquête a permis d'identifier trois des personnes, présentes ce soir-là. Une des trois personnes, visiblement choquée par la scène, a rapidement été mise hors de cause.
Les deux autres personnes, un Kingersheimois de 40 ans et une Wittenheimoise de 36 ans, ont été déférées hier matin au tribunal. Ces personnes ont été placées sous contrôle judiciaire, après avoir été mises en examen pour des violences ayant entraîné une infirmité permanente. Selon le parquet de Mulhouse, la victime, traumatisée, souffre également d'une paralysie semi-faciale.
L'enquête des gendarmes se poursuit : il s'agit maintenant d'identifier le couple qui a passé la soirée avec les personnes déférées et d'établir le déroulement exact des faits.


Strasbourg
Pioche : 10 mois de prison

Un jeune homme âgé de 21 ans a été condamné hier à 10 mois de prison, dont 3 mois ferme. En état d'ivresse, il avait agressé de manière gratuite un couple lundi soir, sur un parking de l'Esplanade, à Strasbourg.
Lundi soir, vers 19 h45. Un couple traverse un parking de la rue de Rome, à l'Esplanade, lorsqu'il rencontre Evgueni Hagafoner, 21 ans. En état d'ivresse, ce dernier commence par provoquer l'homme, avant d'asséner des coups de pied à sa compagne. Cette dernière sort alors un couteau. Insuffisant pour arrêter Hagafoner, qui assène des coups de poings et jette des pierres, avant de s'emparer d'une pioche de chantier. Pioche qu'il tente de planter dans le dos de la jeune femme, qui ne doit son salut qu'à l'intervention de son concubin, qui la jette au sol.
Hier à la barre, le jeune strasbourgeois, qui travaille dans le bâtiment et compte deux condamnations à son casier, n'a pas pu donner d'explication à son geste.
Le procureur Pierre Kahn, pour le parquet, dénonce « une agression gratuite », où « on n'est pas passé loin des assises ». Avant de rappeler que si l'alcool a joué un rôle, « tous les gens qui boivent trop ne vont pas commettre des violences avec arme ».
Son avocat Me Ungerer a de son côté rappelé que « des coups ont été donnés des deux côtés » et que son client avait « des regrets profonds ».
Reconnu coupable de violence avec arme, Evgueni Hagafoner a été condamné à 10 mois de prison, dont 7 mois de sursis.
Revenir en haut Aller en bas
Elsass K
Invité



MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Mer 7 Sep - 18:25

La soirée arrosée finit par des violences

Un homme de 28 ans a comparu, hier devant le tribunal correctionnel de Strasbourg, pour avoir asséné dimanche un coup de tesson de bouteille à l'un de ses amis, à Mothern. Le prévenu sortait de boîte de nuit avec des copains. Tous avaient bu. Sur le chemin du retour, le prévenu, « énervé » selon les témoins, renverse de l'alcool et des cendres dans le véhicule d'un ami. Une altercation s'en suit. Dans des circonstances qui restent floues, le prévenu ramasse ensuite un tesson de bouteille et frappe le conducteur, hors du véhicule.
Le procureur Iltis a souligné que le mis en cause avait déjà été diagnostiqué par un médecin, lors d'une ancienne comparution, comme « dangereux sous l'effet de l'alcool ». La magistrate a requis 6 à 8 mois de prison ferme avec maintien en détention.
Me Carole Aubel, pour la défense, a contesté l'existence « de provocation » de la part de son client. « Il s'agissait de maladresse. C'est le propriétaire du véhicule qui a cherché à en découdre le premier. C'est lui qui porte le premier coup ».
Le prévenu a été condamné à 6 mois de prison dont 4 mois avec sursis et mise à l'épreuve. Le tribunal n'a pas décerné de mandat de dépôt à l'encontre du récidiviste, afin de lui permettre de travailler et d'effectuer sa peine en semi-liberté.


Vieille dame bousculée : 10 mois ferme

« El Mustapha Didou est peu scrupuleux pour la santé des autres, qu'il s'agisse de ses consommateurs ou des personnes qu'il croise » constate le substitut du procureur Valérie Iltis. Le 1er septembre, à Strasbourg, un homme de 26 ans est pris en flagrant délit de vente de cannabis par la police. L'homme tente de fuir. Il escalade un balcon et se retrouve nez-à-nez avec une vieille dame de 90 ans, en train d'arroser ses fleurs. Il bouscule la victime, qui se déplace à l'aide d'un déambulateur. La femme chute à terre et subit cinq jours d'interruption de travail.
Le procureur a rappelé les nombreuses condamnations inscrites au casier du mis en cause. Puis elle a requis 10 mois d'emprisonnement à l'encontre « de cet individu violent ». Me Herdly-Lorentz a précisé que son client « avait certes violé le domicile de la victime » mais qu'il « ne l'avait pas bousculée. La victime n'est pas tombée du fait de M. Didou ».
El Mustapha Didou a été condamné hier à 10 mois de prison ferme. Le tribunal a ordonné son maintien en détention.
Revenir en haut Aller en bas
Elsass K
Invité



MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Jeu 8 Sep - 10:22

La fête de Halloween se termine au couteau

Un jeune homme de 26 ans a été condamné hier à 10 mois de prison pour avoir porté des coups de couteau à un homme, à la sortie d'un bar strasbourgeois, en octobre 2004.

Dans la nuit de Halloween, le 31 octobre 2004, David Bodein décide d'aller boire un verre au Trou, rue des Couples, avec des amis. Arrivé au bar, il prend à partie un autre client pour une raison futile.
Le différend se tasse et le client finit par partir du bar, vers 2 h. David Bodein le suit alors dans la rue et lui assène trois coups de couteau dans le dos.
Après une longue enquête, les policiers finissent par identifier David Bodein, 26 ans, comme étant l'auteur des violences. Un auteur par ailleurs formellement reconnu par la victime, hier à la barre.

« J'ai jamais vu cette personne, j'ai pas sorti de lame, rien, répète pourtant le prévenu devant la présidente Wolff, j'ai bu un verre avec des amis, c'était une bonne soirée, sans violence, sans problème ».
Le procureur Olivier Glady a rappelé la gravité de ces « violences gratuites commises sur la voie publique ». Avant de rappeler que le prévenu, qui compte huit condamnations, était déjà « très défavorablement connu de la justice et notamment pour des violences au couteau ».
L'avocate du prévenu, Me Isly, rappelle pour sa part que « tout le monde avait bu » ce soir-là et que « l'histoire n'est pas aussi claire qu'on veut le dire ». « Il existe un doute », a terminé l'avocate en demandant la relaxe.
Reconnu coupable de violences avec usage d'une arme, David Bodein a été condamné à 10 mois de prison ferme. Il a été placé en détention.
Revenir en haut Aller en bas
Sophie
pipelette
pipelette


Féminin
Nombre de messages : 212
Age : 47
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 12/02/2005

MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Ven 9 Sep - 13:25

(L'Est Républicain)
« Je te demande pardon »

Teddy Eugénie a été condamné à 6 ans d'emprisonnement par les assises du Doubs.

BESANÇON. - Procès d'un viol, l'affaire Teddy Eugénie, 22 ans, aura aussi esquissé le portrait d'une certaine jeunesse. De jeunes majeurs sans cadre ni repère, murés dans l'égoïsme, mus par un sentiment de toute puissance et d'impunité. Un petit monde plaqué or où l'on consomme de l'alcool, du cannabis et de la cocaïne, mais aussi les êtres que l'on côtoie. D'où la difficulté de l'accusé à mettre le mot de viol sur les actes qu'il a commis. Lui se voit plutôt comme un Casanova auquel on ne se refuse pas. « Aucune femme n'avait jamais repoussé vos avances ? », lui avait demandé la présidente Crédoz au premier jour du procès. Réponse : « Franchement ? Non ».
Intervenant pour la partie civile, Me Pillot-Quenot fustigera l'égocentrisme de l'accusé (« quand il pleure, c'est sur lui, alors que la victime, pleure depuis deux ans à cause de lui ») et soulignera le courage de sa cliente (« qui a eu la force de lutter lorsque souvent les victimes de viols sont sidérées et incapables de se débattre »).
L'avocat général Richarté renchérira en rappelant que le viol s'est accompagné d'autres violences (cheveux arrachés, ecchymoses, mots orduriers) et réclamera une peine de « six à sept ans d'emprisonnement ». « Je te demande pardon » auront été les derniers mots du jeune homme pour sa victime.
Le verdict prononcé, 6 ans d'emprisonnement, reste un autre chemin à effectuer.


(Républicain Lorrain)
Mulhouse
Agresseur sexuel en série interpellé

Un homme âgé de 35 ans, accusé d'avoir commis pas moins de 53 agressions sexuelles ou viols dans la région de Mulhouse et en Allemagne, a été interpellé mardi, mis en examen et écroué hier. Ce père de famille agissait depuis plusieurs mois, toujours selon le même mode opératoire. Sa première victime remontait au 2 avril 2004. L'homme repérait des femmes marchant seules dans la rue, les suivait, en journée ou en soirée, et les attaquait par surprise. Lors de ces agressions, dont 11 commises en Allemagne dans la région frontalière, plusieurs femmes ont été violées par pénétration digitale.

Parce qu'il les agressait toujours de dos et rapidement, les victimes n'ont pu fournir que des descriptions imprécises de l'auteur qui échappait ainsi aux enquêteurs en dépit de surveillances dans les quartiers où les faits venaient d'être commis, de portraits-robots ou de vérifications de bandes de vidéo-surveillance.

L'homme a finalement été arrêté grâce à un témoignage recueilli par la police allemande après une récente agression à Müllheim (sud de l'Allemagne). Le témoin avait vu l'auteur partir dans une voiture immatriculée dans le Haut-Rhin et dont le numéro a été communiqué à la police de Mulhouse. L'homme a été interpellé mardi à son domicile et confronté à des victimes, dont plusieurs l'ont reconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rapide-defense.com/
Elsass K
Invité



MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Sam 10 Sep - 9:39

Un couteau sous la gorge pour une cigarette refusée

Deux jeunes gens qui avaient agressé deux passants après une demande de cigarette ont été condamnés, jeudi, en comparution immédiate. Une des victimes s'était retrouvée avec un couteau sous la gorge.
Il était 3 h 30 mercredi lorsque Nidhal Sfari, 22 ans, qui se trouvait avec des amis, a changé de rue pour demander une cigarette à deux passants qui s'apprêtaient à rentrer chez eux rue du Faubourg National à Strasbourg. Les deux promeneurs ont refusé, ce qui n'a pas plu à Nidhal Sfari. « L'un d'eux m'a répondu sur un ton sec. Puis il m'a provoqué en enlevant son sac à dos », raconte le prévenu.
Dans tous les cas, le ton monte et la dispute dégénère en rixe. Un copain de Nidhal Sfari, âgé de 19 ans, entre dans la bagarre. Un passant se retrouve à terre, son copain veut lui porter secours. Mais Nidhal Sfari sort son couteau et le pointe sous la gorge de celui qui veut intervenir. « C'était juste une intimidation, je ne voulais blesser personne », se défend Nidhal Sfari.
« Comment teniez vous votre couteau », lui demande la présidente. « Je le tenais normalement ». Une réponse qui fait réagir la présidente. « Il n'est pas normal de mettre un couteau sous la gorge de quelqu'un ». « D'habitude je n'ai pas de couteau, mais j'avais été agressé la veille », tente encore d'expliquer Nidhal Sfari.

« Décidément, refuser de donner une cigarette nuit gravement à la santé », ironise le vice-procureur Pierre Kahn avant de dénoncer la gravité des faits. Nidhal Sfari a déjà été condamné sept fois, notamment pour des vols avec violence. Son copain de 19 ans a également été condamné par la justice pour de nombreux vols. « A chaque fois, il s'est laissé entraîner par des copains, plaide son avocate. Cette fois-ci, il a été pris dans l'engrenage de la violence. »
Le défenseur de Nidhal Sfari, demande au tribunal de dépasser « les explications maladroites », de son client. « Il a conscience que pointer un couteau n'est pas normal. Depuis un an, il n'a plus été condamné, car il fait des efforts pour sortir de la spirale de la violence. Il a quitté son quartier pour construire une vie familiale. » Nidhal Sfari a été condamné à huit mois de prison ferme, son copain à deux mois ferme.

Ivre, il sort son couteau

MULHOUSE.- Un homme âgé de 22 ans domicilié à Malmerspach dans la vallée de la Thur a été jugé hier en comparution immédiate pour des violences avec arme commises samedi soir à la Fête de la Bière de Saint-Amarin. Nicolas Bodein, déjà condamné à sept reprises souvent pour des affaires de violence, avait bu une vingtaine de canettes dans la journée. C'est donc complètement saoul qu'il a cherché querelle à un autre jeune homme. « On m'a dit que je lui avais pris sa bière. Son copain est venu l'aider, normal. Moi je voulais me battre tout de suite. Après j'ai sorti le couteau ». Fort heureusement, la victime s'en tire avec une simple estafilade à la joue gauche. Le trublion est ensuite reparti, mais dans son état il s'est vite fait remarquer en faisant du tapage dans la rue ce qui lui a valu d'être ramassé par les gendarmes de Fellering. Samuel Finielz, pour le parquet, a requis huit mois ferme. Me Gaudineau, avocate du jeune homme, a évoqué « un problème lié à l'alcool » et sollicité un juste « passage » en maison d'arrêt pour entamer une démarche de soins ». Jugement : six mois ferme.
Revenir en haut Aller en bas
SLEEJ
moulin à parole
moulin à parole


Masculin
Nombre de messages : 1238
Age : 44
Localisation : Lorraine
Emploi : Mangeur de libellules patenté. Par contre j'touche pas une bille en météo...désolé
Loisirs : Gober des mouches, nager dans les étangs, SAUTER : normal j'suis une grenouille...
Date d'inscription : 27/07/2005

MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Mar 13 Sep - 9:08

Bucheron nostalgique...

Républicain Lorrain du 13/09/05

Le chauffeur irascible frappe un piéton avec une hachette
Depuis dimanche soir, un Woippycien de 26 ans est placé en détention provisoire pour tentative de meurtre. Chauffeur irascible, il a asséné un coup de hachette à un piéton qui n'appréciait pas trop sa manière de conduire.

Ce piéton-là aura vu la mort de très près. Elle avait la forme d'un coup de hachette porté à sa tête, "de haut en bas". Un geste d'esquive a dévié l'arme derrière son oreille. "Sans ce réflexe de défense, la victime aurait été décapitée", affirment les enquêteurs et le Parquet de Thionville. Les médecins urgentistes constateront "une blessure latéro-cervicale", en l'occurrence un muscle du cou sectionné.

Ce fait divers gravissime trouve sa source dans une sempiternelle histoire d'incivilité routière. La victime, un Boussois de 49 ans, traverse la chaussée avec une autre personne, quai Maréchal, devant le tribunal de Thionville. Elle prend soin d'y être autorisée par les feux tricolores. Une voiture arrive alors à vive allure et manque de peu de renverser le couple. Le piéton a un geste d'humeur, "non obscène", soutient-il. Toujours est-il que cela indispose fortement le conducteur. Il stoppe son véhicule en pleine chaussée, en descend avec sa hachette et... frappe.

Fort heureusement pour la victime, ce vendredi soir, un officier de police, qui n'est pas en service, passe par là. Il maîtrise l'agresseur et alerte les secours et ses collègues. Le chauffeur querelleur est bien connu des services. Pour d'autres faits de violences volontaires, viol, agressions sexuelles... Son examen clinique révélera "un taux d'alcool très largement délictuel". La recherche de produits stupéfiants n'a pas encore livré ses résultats.

Dimanche soir, l'agresseur a été mis en examen par un juge d'instruction pour "tentative de meurtre et conduite sous l'emprise d'un état alcoolique". Il a été placé en détention provisoire.

061
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kravmagamoselle.com
SLEEJ
moulin à parole
moulin à parole


Masculin
Nombre de messages : 1238
Age : 44
Localisation : Lorraine
Emploi : Mangeur de libellules patenté. Par contre j'touche pas une bille en météo...désolé
Loisirs : Gober des mouches, nager dans les étangs, SAUTER : normal j'suis une grenouille...
Date d'inscription : 27/07/2005

MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Jeu 15 Sep - 22:41

Un crime gratuit

Deux jeunes filles de 17 ans et 20 ans ont été mises en examen à Reims pour assassinat et complicité d'assassinat après la mort d'un homme de 35 ans dans la nuit de lundi à mardi ( R d'hier). Les deux jeunes filles sont également poursuivies pour coups commis en réunion et le parquet a requis leur placement en détention, a expliqué le vice-procureur de Reims Bruno Fayard.

Les prévenues, qui "étaient soûles", "expliquent qu'elles auraient été abordées par la victime qui leur aurait demandé d'aller boire un verre chez lui". La victime, un homme de 35 ans souffrant d'hémiplégie, promenait alors son chien. Mécontentes de cette proposition, elles l'auraient frappé à coups de pied avant d'aller chercher, au domicile de la mineure, un couteau de cuisine. La plus jeune des deux filles aurait alors donné cinq coups de couteau à la victime, toujours à terre. Elles auraient exprimé des regrets au cours de leur audition, selon le vice-procureur, qui a qualifié les faits de "crime gratuit".

Épinal: 3 jeunes mis en examen pour assassinat

Trois jeunes, dont un mineur de 16 ans, ont été mis en examen pour assassinat et placés en détention provisoire hier par un juge d'instruction d'Epinal après le meurtre vendredi d'un marginal, retrouvé le crâne fracassé dans la cour de son habitation. Les principaux suspects, âgés de 19 ans et 16 ans et originaires d'Epinal, ont reconnu avoir frappé la victime de plusieurs coups à la tête avec la crosse d'un revolver d'alarme avec lequel il aurait voulu se défendre.

Républicain Lorrain du 15/09/05 061
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kravmagamoselle.com
Elsass K
Invité



MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Mer 28 Sep - 12:45

Assises du Bas-Rhin
« Il voulait la massacrer... »
Satilmis Erkoc est accusé d'avoir assassiné sa femme, Reyhan, dans l'hypermarché Auchan, à Schweighouse-sur-Moder, en 2003. La cour d'assises a retracé, hier, le déroulement du drame.

Le 27 janvier 2003, plusieurs collègues de Reyhan Erkoc sont les témoins involontaires du drame en train de se jouer, en plein magasin Auchan à Schweighouse-sur-Moder. « J'étais à mon poste à l'accueil quand le mari de Reyhan est venu me demander où elle se trouvait. D'habitude, il me parlait. Mais là, son visage était différent, tendu, ses yeux brillants, rouges. Il était speed », se rappelle une collègue de la victime.
L'hôtesse de caisse de l'hypermarché note la même nervosité chez l'accusé. « Il s'est présenté pour payer un couteau ». Future arme du crime. « Il l'agitait devant moi. Reyhan est passée à proximité de la caisse. Il lui a montré le couteau mais elle a fait un geste, qui, selon moi, voulait dire cause toujours tu m'intéresses. Alors, il est parti en courant sans prendre sa monnaie, ni son ticket de caisse ».
Satilmis Erkoc rattrape sa femme dans les locaux administratifs. L'employée d'un bureau entend des éclats de voix provenant du couloir. Soudain, l'accusé et son épouse pénètrent dans son bureau. « Il la suit, la soulève, la frappe si fort. J'ai crié pour qu'il arrête, mais il continuait et frappait, encore et encore, dans le dos, de côté, raconte l'employée, avec émotion. J'ai pris une chaise, je l'ai tapé pour qu'il arrête... puis retapé... Je ne pouvais pas faire plus ».
Témoin direct du drame, la femme est toujours hantée par les gémissements de la victime et l'acharnement de l'accusé. « Il ne voulait pas lui faire peur, il voulait la massacrer », lance-t-elle à la cour dans un cri de rage. Le médecin légiste relèvera 14 coups de couteau.

D'une seule voix, la famille de la victime et ses collègues de travail saluent la femme courageuse et la mère exemplaire qu'était Reyhan. Une femme de 32 ans « discrète, souriante, énergique, gentille ». Une femme triste, aussi, les derniers mois de sa vie. « Elle se plaignait de sa vie de couple. Son mari buvait trop. Le travail - de 4h à 11h à Auchan à remplir des rayons, puis dès 11h30 au restaurant - les enfants, elle n'y arrivait plus », se souvient une amie. « Au restaurant, elle ne montrait rien. Elle souriait, c'était une façade ». « Son mari était violent. Elle disait avoir peur de lui », relate la belle-soeur de la victime. Et d'ajouter : « Quand Satilmis était stressé, il se déchargeait sur Reyhan ».
A la barre, le frère aîné de Reyhan regrette : « On n'a pas su la protéger. Je craignais qu'il demande à quelqu'un de tuer un membre de la famille, mais pas elle... Reyhan est morte une fois, mais nous on meurt tous les jours. Je n'arrête pas de rêver d'elle... En pleurs, il conclut : « Elle nous manque tellement. »
Revenir en haut Aller en bas
SLEEJ
moulin à parole
moulin à parole


Masculin
Nombre de messages : 1238
Age : 44
Localisation : Lorraine
Emploi : Mangeur de libellules patenté. Par contre j'touche pas une bille en météo...désolé
Loisirs : Gober des mouches, nager dans les étangs, SAUTER : normal j'suis une grenouille...
Date d'inscription : 27/07/2005

MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Sam 1 Oct - 20:29

Rixe mortelle - Républicain Lorrain du 1/10/05

Un mineur de 17 ans a été mis en examen hier pour meurtre à la suite d'une rixe mortelle à Gray (Haute-Saône).

Mis en examen pour "homicide volontaire et violence avec arme", le mineur, d'origine ivoirienne, est soupçonné d'avoir tué un jeune homme de 20 ans à l'arme blanche et d'en avoir blessé un autre dans la nuit de mardi à mercredi à Gray lors d'une altercation dont les raisons précises ne sont encore pas connues.

Le mineur s'était grièvement blessé en sautant d'une fenêtre pour tenter d'échapper à un groupe de six à huit jeunes voulant venger les victimes. Il a été entendu jeudi par les enquêteurs et placé en garde à vue à l'hopital de Vesoul où il est hospitalisé depuis mercredi.

Sleej 061
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kravmagamoselle.com
Sophie
pipelette
pipelette


Féminin
Nombre de messages : 212
Age : 47
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 12/02/2005

MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Jeu 6 Oct - 16:37

Républicain Lorrain du 6/10/05

Cinq ans pour le voleur de sacs à main

À la barre du tribunal correctionnel de Metz, Jean-Michel Hoffmann a reconnu hier six vols aggravés, mais pas le septième pourtant commis selon le même mode opératoire.

L'homme, âgé de 37 ans, originaire du Nord de la France et connu de la justice pour des faits similaires s'attaquait toujours aux mêmes proies. Des femmes seules en général qu'il guettait devant leurs entrées d'immeuble. Toutes avaient un point commun, elles portaient un sac à main et revenaient toujours de courses.

Hoffmann en général faisait mine de passer pour un promeneur venant rendre visites à ses amis. Une fois tout près de sa victime, il sortait un couteau de sa poche, le plaquait contre la gorge de la dame en lui sommant de lui remettre ses affaires. Si d'aventure l'une d'elle osait résister, l'homme l'en dissuadait en lui assénant des coups de poings et coups de pieds au visage.

Au départ de ses méfaits, le prévenu se contentait des fourre-tout. Puis au fil du temps s'en est pris aux bijoux, arrachant chaînes et bracelets.

Le président Mme Micelli veut tout de même savoir ce qui a poussé Hoffmann à agir de la sorte. "Je sortais de prison et je voulais payer des vacances à mes enfants que je n'avais pas vus depuis huit ans". Le magistrat met fin à ses élucubrations. "Autre chose à ajouter?" Hoffmann: "Je pensais pas retourner en prison Madame. Je voulais rester avec la femme et les cinq gosses". Le procureur Mickaël Simoens insiste en préambule sur la personnalité du mis en cause: "intolérant à la frustration, absence d'autocritique, risque de récidive important", puis insiste sur les dégâts qu'il a causés: "ses victimes n'ont pas été choisies au hasard. Que des femmes, car il savait qu'elles ne pouvaient pas se défendre. Depuis l'agression, elles vivent dans la peur, certaines ont même déménagé". Le représentant du parquet décrit le prévenu comme "un prédateur" qu'il faut mettre "hors d'état de nuire". Il requiert 5 ans ferme.

En défense Me Noirez préconise une période plus courte d'incarcération assortie d'un sursis avec mise à l'épreuve. Puis s'émeut des dires du ministère public. "On n'est pas là à vouloir éliminer les choses, mais à essayer de les comprendre".

Il a été condamné à cinq ans ferme et près de 10 000 Eur de dommages et intérêts à verser aux victimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rapide-defense.com/
Elsass K
Invité



MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Ven 14 Oct - 15:48

La CAF fermée après l'agression d'un agent

La caisse d'allocation familiale (CAF) du Bas-Rhin a temporairement fermé ses portes hier, à partir de 15 h, en raison d'une agression. Un agent de la CAF - en poste à l'agence de Hautepierre - a été agressé par un allocataire vers midi, alors qu'il sortait du bâtiment du boulevard Lafontaine, à Strasbourg, pour prendre sa pause déjeuner.
Il a été immédiatement conduit aux urgences du CHU Hautepierre, où il est resté hospitalisé tout l'après-midi. Par solidarité, les deux agences (Neuhof et Hautepierre) ainsi que le siège de la CAF, situé rue de Berne à Strasbourg, ont fermé leurs portes à partir de 15 h, pour le reste de la journée.
« Les gens sont de plus en plus agressifs », a expliqué hier Pierre Mappes, délégué syndical Force ouvrière. Le délégué a rappelé de nombreux incidents (insultes, menaces diverses, ordinateurs secoués, chaises renversées...) qui émaillent déjà les journées des agents au contact du public. « La situation était déjà tendue, mais il n'y avait pas encore eu d'agression physique aussi grave », a encore précisé le délégué syndical.
Dès aujourd'hui, la direction de la CAF va réunir les trois organisations syndicales (FO, CFDT, CFTC) pour essayer de trouver une solution à ce problème de violence. Elle a annoncé son intention de porter plainte. L'enquête est en cours pour retrouver l'auteur des violences.
Quatre agents travaillent à l'agence de la CAF du boulevard Lafontaine, qui a été inaugurée en janvier 2003 (DNA du 21 janvier 2003).
Revenir en haut Aller en bas
eco
webmaster
webmaster


Masculin
Nombre de messages : 842
Age : 41
Localisation : VIKINGS LAND
Emploi : envahisseur
Loisirs : krav maga et les haches
Date d'inscription : 30/12/2004

MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Lun 24 Oct - 13:30

20minutes paris
"agressé lors d'un vol
un employé d'un magasin de montres a été agressé a coups de barre de fer, lors d'un vol samedi matin. il se trouve actuellement dans un état grave."

"Ils tuent pour une dette
un couple de 57 et 46 ans à été écroué samedi à grenoble aprés avoir frappé à mort un algérien de 70ans pour récupérer une dette."

"un buraliste tué
un buraliste de Cavaillon (vaucluse) agé de 46ans a été tué d'un coup de fusil dans la nuit de samedi à dimanche dans son commerce, peu avant la fermeture. des témoins ont vu 2 hommes masqués s'enfuir. un vol à main armée pourrait avoir mal tourné."

_________________
http://www.fkmds.com/

http://www.imperium-international.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kravmaga-fkmds.com
Elsass K
Invité



MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Mer 26 Oct - 17:24

Couteau contre sabre : 40 mois de prison
Un homme de 28 ans a été condamné hier à 40 mois de prison ferme pour avoir asséné des coups de couteau à deux personnes à la suite d'une dispute, en juin 2004, à Lauterbourg.

Le 19 juin 2004 vers 22 h, Turkes Alpasalan, 28 ans, arrive rue du Général Mittelhausen, à Lauterbourg. Il veut s'expliquer avec le gérant d'un restaurant döner-kebab, âgé de 57 ans, et son fils de 30 ans. Des personnes avec qui le prévenu a un différend ancien lié à une dette d'argent de 1 000 €, doublé d'une affaire de rivalité amoureuse.
Après quelques insultes, la dispute dégénère en pleine rue. Alpasalan sort un cran d'arrêt et assène deux coups au thorax et au visage du fils. Le père intervient alors et frappe l'agresseur avec un sabre de décoration, habituellement accroché au mur de son fast-food. Le fils, sérieusement blessé, est transporté à l'hôpital.
Finalement jugé hier après 17 mois de détention provisoire, Turkes Alpasalan, a reconnu les faits, mais parle de « légitime défense ». « Le gars, il voulait me planter avec le sabre alors que j'étais à terre. J'ai sorti le couteau et j'ai mis un coup, deux coups... j'ai fait n'importe quoi. Mais ils arrêtaient pas de faire pression sur moi pour que je quitte la ville », raconte le prévenu.
« Ces blessures auraient pu conduire au décès du fils » et Alpasalan « se présente en victime ? » lance ensuite Me Klopfenstein, pour les parties civiles.

Le procureur Bluntzer souligne pour sa part « l'extrême gravité des faits ». « La volonté du prévenu était de faire du mal, peut être de tuer » et la thèse de la légitime défense « est en contradictions avec les éléments du dossier », explique encore la représentante du parquet, avant de demander 4 ans de prison.
Me Rim Yahi, du côté de la défense a dénoncé les « carences » d'une « instruction très mal faite ». « Les contradictions des victimes sont passées sous silence », alors que ces victimes ont « leur part de responsabilité », précise l'avocate car Alpasalan a « eu des menaces ». Et « le soir des faits, ils ont essayé de le tuer. C'est à ce moment là qu'il a sorti le couteau. Quel autre choix avait-il ? », demande encore Me Yahi.
Finalement reconnu coupable de violence aggravée, Turkes Alpasalan a été condamné à 40 mois de prison ferme.
Revenir en haut Aller en bas
IVO
Langue pendue
Langue pendue


Nombre de messages : 146
Localisation : Paris 20ème
Emploi : Ingénieur (concultant électronique analogique cartes, tous domaines)
Loisirs : le krav pardis!!
Date d'inscription : 22/08/2005

MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Lun 31 Oct - 16:25

A 80 ans, une Italienne sort son couteau et tente de braquer sa banque
Elles assurent les italiennes! non?

ROME (AFP) - Une Génoise de 80 ans, éconduite pour une demande de prêt dans sa banque, a exigé de se faire remettre la caisse de l'établissement sous la menace d'un couteau de cuisine, avant l'intervention des forces de l'ordre, a rapporté lundi l'agence de presse italienne Ansa.

La scène s'est produite lundi matin dans une banque de Gênes, ville industrielle du nord-ouest de la Péninsule. Selon les employés et les policiers cités par l'Ansa, la vieille dame a d'abord fait une demande pour un prêt de "2.000 ou 3.000 euros". Face à elle, le conseiller financier répond, après avoir consulté son directeur, que la somme est trop élevée. "Vous ne voulez rien me prêter? Alors donnez-moi tout", s'est emportée l'octogénaire en sortant de son sac à main un couteau de cuisine, selon les témoignages.

En tentant de calmer les esprits, le directeur de l'établissement s'est vu menacé par le couteau et a préféré déclencher le système d'alarme. Arrivés sur place, les policiers ont réussi sans difficulté à dissuader la dame de tout mauvais geste.

Accompagnée au commissariat le plus proche, la retraitée a confié qu'elle supportait mal le renchérissement du coût de la vie, racontant également avoir perdu son mari il y a plusieurs années.

Une procédure judiciaire a été ouverte pour "tentative d'attaque à main armée", mais l'établissement n'a pas indiqué lundi matin s'il comptait porter plainte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SLEEJ
moulin à parole
moulin à parole


Masculin
Nombre de messages : 1238
Age : 44
Localisation : Lorraine
Emploi : Mangeur de libellules patenté. Par contre j'touche pas une bille en météo...désolé
Loisirs : Gober des mouches, nager dans les étangs, SAUTER : normal j'suis une grenouille...
Date d'inscription : 27/07/2005

MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Jeu 3 Nov - 0:16

Papy bricole... Républicain Lorrain du 1/11/05


Il tue sa femme à coups de marteau


Un homme de 82 ans, probablement dépressif, a tué sa femme à coups de marteau, dimanche à Saint-Geniès-de-Comolas, dans le Gard. C'est la fille du couple, habitant à proximité et venue rendre visite à ses parents, qui a convaincu son père de se constituer prisonnier. Présenté au parquet hier après-midi, l'octogénaire devait être mis en examen.

Sleej 061
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kravmagamoselle.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )   Aujourd'hui à 17:04

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Revue de presse ( ne pas mettre de commentaire ... merci )
» Revue de presse du 250XT
» Démission JF Daraud, revue de presse.
» Revue de Presse - radars et manif du 25/08/2012
» Revue de presse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
krav maga :: DISCUTIONS SUR LE KRAV :: LE COIN PRESSE-
Sauter vers: